Accueil du site / Pratiques / Outils / Pratiques d’animation / L’Art postal et la Culture de paix

Recherche

Galerie image

  • Délégation New York

    Délégation New York

    (

    Envoi de Valérie à la classe de Théo, depuis l’aéroport de Londres.

    |ptobr)

Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/cultiverlapaix.org/httpdocs/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 180 Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/cultiverlapaix.org/httpdocs/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 197

Comment un art populaire peut être porteur de culture de paix !

Pour la petite histoire.

Qui n’a jamais souri en découvrant dans son courrier, une carte postale envoyée par un ami, un parent, d’une autre région ou du bout du monde ? C’est souvent un plaisir, parfois une surprise ! On est content de voir que l’on a pensé à soi et on découvre ou on reconnaît un endroit, un paysage, une anecdote...

On peut dire que c’est de cette manière qu’a commencé l’Art postal : les premières cartes postales autrichiennes du XIXe siècle qui représentaient sur des petits carrés cartonnés, une région, un monument, un village...

Mais c’est dans les années 1960, avec l’artiste américain Ray Johnson, que la pratique de l’Art postal ou Mail Art, comme il l’a nommée, s’est vraiment développée ; car, à partir de cette période, la personnalisation du courrier est devenue une gageure artistique et chacun a pu y trouver son mode d’expression, qu’il soit artiste professionnel ou simple amateur. Et la première grande différence avec les cartes postales habituelles c’est qu’ici, l’expéditeur est le propre auteur de son œuvre artistique postée. L’auteur devient le créateur de son courrier, autant dans sa forme que dans son style. De cette manière, chaque courrier est unique, chaque œuvre est singulière et il n’y a aucune limite à l’imagination de celui qui crée.


Cependant, puisqu’on parle d’art, ne va-t-on pas poser la question de la compétence et de la maîtrise de telle ou telle technique ? Justement, c’est là qu’est la particularité de l’Art postal : tout le monde est capable de créer le courrier qui lui convient. A tout âge, fille ou garçon, qu’on soit habitué des ateliers d’art ou pas... Les seules règles à retenir sont très simples : peu importe le format et/ou le style, puisque c’est avant tout un courrier, il faut l’adresse du destinataire et un timbre oblitéré suivant le poids. Le reste, c’est juste une histoire d’imagination !

Alors, concrètement, comment ça fonctionne l’Art postal ?

Et bien, tout dépend de chacun, de son inspiration et de ce qu’on sait faire : si on sait dessiner, on dessine. Si on ne sait pas, on découpe des images dans des magazines, par exemple. On est trop jeune pour les ciseaux ou pas bien adroit, on déchire et on colle ; ou alors, on met des bouts de papiers, de tissus... ; on est à la campagne, on prend de la terre, des herbes, des bouts de bois ; on est au bord de la mer, on prend du sable, des algues, des bouts de coquillages ; on est à la maison et il n’y a pas grand chose, on trouve du fil, de la laine, des boutons, des rubans, du papier journal, des photos... Bon, vous avez compris ? Toutes les matières, tous les matériaux, toutes les pratiques mais aussi tous les supports ; si la plupart du temps, on crée son œuvre postale sur une enveloppe, objet postal par définition, on peut utiliser tout autre objet pourvu qu’on puisse l’oblitérer et le poster. A partir de là, on peut réaliser son Art postal en volume, en faire un objet détourné.

Et la Culture de paix dans tout ça ?

Une liberté d’expression

L’Art postal est une pratique accessible à tous et une forme d’expression libre. Et s’il n’y a pas de limite à l’imagination, il n’y a pas non plus de limite à la distance à parcourir ; entre deux quartiers, deux villes, deux pays ; qu’on parle ou pas la même langue, qu’on sache lire ou pas, l’Art postal est porteur d’un message, d’un lien entre deux lieux, deux personnes. Ou plus. On peut préparer son courrier, y mettre le message qui nous convient le mieux et l’envoyer à une ou plusieurs personnes. Il suffit juste de respecter les deux règles de base énoncées plus haut concernant l’envoi de courrier : l’adresse d’un destinataire et un timbre.

Un lien entre les hommes

C’est ainsi qu’on crée au-delà de sa propre œuvre d’art, aussi simple soit-elle, un lien entre des hommes et des femmes éloignés. Mais pas seulement, et c’est là que l’Art postal joue son autre rôle de lien : comme tout courrier, il va devoir suivre une procédure commune à tous les courriers du monde mais comme c’est un courrier particulier, il ne peut être traité par des machines mais à la main. A chaque étape, un homme ou une femme va pouvoir tenir, regarder ou même lire le message, découvrir l’expression artistique de ce genre de courrier. Cela donne une valeur universelle à cette forme de communication qui va passer de mains en mains tout au long de son voyage. On partage ainsi son propre message avec des tas d’autres personnes inconnues mais qui par leur intervention, à un moment ou à un autre, vont permettre que ce message arrive à destination. C’est comme une chaîne solidaire au-delà des distances, des cultures, des pays et autour d’une simple œuvre artistique.

Le partage

Une chose encore et qui a son importance dans son lien avec la Culture de paix : l’échange du savoir-faire et le plaisir de pratiquer cette forme d’expression artistique. Puisqu’on peut fabriquer son courrier, tout seul, ou se faire aider, ou même participer à un atelier où se mêlent les générations et les techniques diverses et variées, que l’on s’échange. On apprend des autres, on fait évoluer son style, on crée une œuvre nouvelle à partir de ses ratages, on croise les pratiques et on réutilise les bonnes idées.

Parce que l’Art postal met l’humain au cœur de l’expression artistique entre les hommes, on peut le relier à la Culture de paix. Et puisque souvent, les images parlent mieux que les mots, voici quelques photos des différentes productions qui ont déjà traversé la planète.

Valérie L.